Notre Institut a appris avec tristesse le décès  le 23 mai de notre ami et camarade Claude SIMON. Ses obsèques seront célébrées le lundi 30 mai à 14h30 à l’église Saint Bernard de la Pierre Heuzé à Caen. Nous reproduisons ci-dessous le portrait que nous avons publié dans notre fil rouge 74 consacré à l’engagement des Prêtres-Ouvriers dans les luttes sociales en Haute-Normandie.

Claude SIMON

Syndicat CGT à la Ville du Havre, Membre fondateur  du C.L.E.C de Soquence,

Secrétaire du Mouvement de la Paix

Claude SIMON est prêtre à la paroisse de Graville. En 1972, il est embauché à la Ville du Havre. Il y restera jusqu’à sa retraite en 1991. Il s’engage très vite dans la vie du syndicat CGT de la Ville du Havre. Il sera secrétaire de la section syndicale de l’architecture, une section qui comptera 113 syndiqués sur 154 ouvriers, et secrétaire à l’information du syndicat général actifs et retraités. Il participera également à la commission formation des militants CGT de l’UL du Havre.

Il sera également l’un des piliers des CLEC (Centres de Loisirs et d’Echanges Culturels). Il sera même membre fondateur de celui de Soquence, le CLEC Pablo Neruda. Il y mettra toute son énergie pour que la culture s’invite dans ce quartier populaire du Havre. Les CLEC, structures culturelles décentralisées voulues par la municipalité, ce sont de multiples activités gérées par les habitants du quartier : musique, expositions, théâtre, … Mais c’est Juin dans la rue qui les fédère. Aucun havrais n’a oublié celui de 1977 et son final sur la place de l’Hôtel de Ville devant quarante mille spectateurs avec Michel Fugain et sa compagnie. Le CLEC de Soquence représente les gueux de tous les pays du monde et Claude a écrit le poème « les gueux » qui accompagne la chanson du « Chiffon Rouge » (voir fil rouge n°48).

Pacifiste convaincu, il était aussi secrétaire du Mouvement de la Paix. Solidarité avec le peuple chilien et d’autres peuples d’Amérique victimes de la dictature. Solidarité avec le Bangladesh, le peuple palestinien. Il organise de multiples initiatives et lorsque l’ONU décrète l’année 1985 année internationale de la jeunesse, sur proposition du Mouvement de la paix, Le Havre est déclarée « ville de la jeunesse et de la paix ». Un extraordinaire élan pour la paix se développe, mobilisant plus de 34 associations et mouvements de jeunesse. En décembre 1990, une manifestation contre l’annonce de la guerre américaine en Irak réunit plus de 8000 participants dans les rues du Havre.